Bécassine la cumularde

OYEZ!!! Les Cahuc, les riches, les nantis, les abonnés de Challenges, je vais vous raconter l'histoire de

 " Bécassine la cumularde" ou "La vie facile des pauvres"

Elle s'appelle Bécassine de Landivisiau, elle est assistante de vie et travaille à Rennes, elle cumule un  temps partiel au Smic et une allocation chômage. Elle est la cumularde décrite dans l'édito de M Cahuc, professeur à Polytechnique, Challenges N° 515. Bécassine s'implique dans les associations d'entraide pour aider les autres, elle anime un jardin collectif pour produire des légumes, des fruits et de la convivialité, Oui M Cahuc les pauvres s'entraident et Bécassine avec son travail veut disposer d'un peu de temps pour elle, pour le jardin, pour les associations...alors elle a du choisir entre un contrat à temps plein ou partiel.

Le travail de Bécassine c'est d'aider les personnes dépendantes âgées ou handicapées à vivre, boire, manger, dormir, se laver, se soigner. Les tâches sont très diverses, elle s'occupe d'un tétraplégique et elle  accompagne une personne Alzheimer faire ces courses. Son travail ne demande pas une grande qualification, il faut aimer les gens et être costaud dans sa tête, tout le monde n'est pas capable de nettoyer une personne incontinente et pourtant c'est un travail mal payé, au SMIC. Il y a des embauches sans qualification et des stages de formation. Bécassine est aide soignante, un plus mais non valorisé parce que l'offre de candidats est grande.

Pour se représenter les conditions de travail de Bécassine et se faire une opinion sur son choix de contrat, il faut examiner trois documents : un plan de Rennes, le planning des tâches et le bulletin de salaire. Ces documents sont à disposition sur le site. Une analyse combinée du plan de Rennes et du planning des tâches permet de compter les déplacements, d'estimer les kilomètres parcourus et les temps de trajet. L'approche mathématique, avec l'hypothèse que Bécassine revienne chez elle entre deux tâches, comptabilise au mois de mars : 85 déplacements, dont 30 A/R d'une moyenne de 7 km en 1/2h et 55 A/R de 3 km en 1/4 h soit environ 300 km et au minimum 30h de trajet. Cette évaluation est confirmée par Bécassine et le compteur de son scooter.

Pour Bécassine ses journées font 12h et plus , l'impression d'être toujours occupée, elle fatigue et apprécie le mardi et son week-end sur deux. Elle arrive à préserver un minimum de temps à elle pour le jardin et la vie associative au delà de son temps de travail.

Bécassine est payée au Smic avec quelques majorations pour heures de week-end ou de nuit. Son bulletin de salaire de mars affiche 1024€ , dont 1012€ pour 125.5h payées soit 8€ de l'heure et une présence effective de 150h, parce que le gros scandale* dans la rémunération des assistantes de vie ce sont les frais de déplacement. Bécassine est payée 3h25 de temps de trajet pour ses 85 déplacements, soit 25€ pour  30h, pire le seul frais de transport "KSIN" (pour km salaire inter vacations) est de 12,08 € par mois, pour 300 km  en scooter!!!

Quand il pleut, vente, neige il faut y aller les personnes dépendantes vous attendent.. et il n'y a aucune prime !!!

Bécassine la cumularde a touché 160€ avec Pôle emploi en plus de son salaire 1024€, au total 1184€ pour 150h d'occupation (120h de vacations + 30h de trajet).

Bécassine vit toute seule à Rennes dans un petit studio de 30m2 pour 300€. Elle n'a pas le droit à la CMU (plafond 800€) et doit payer 80€ de mutuelle par mois. Elle a droit à l'allocation logement 140€.  Elle n'a pas droit à des réductions de charges de chauffage. Elle ne paie pas d'impôts.

Le planning d'un temps plein est géré différemment mais correspond quasiment  à travailler 190h avec les temps de trajet. Bécassine gagnerait 250/300€ en plus mais perdrait son allocation logement (140€) et son temps libre pour le jardin et la vie associative. La cumularde a choisi un contrat de 120h et 150€ en moins pour vivre mieux.

Bécassine est courageuse, elle a une maladie rare, elle fatigue vite, elle a été arrêtée 2 semaines, elle a touché 18€ par jour à partir du 4ème jour !!

C'est pas facile d'être pauvre Ms Perdriel, Beaufils, Cahuc. Il faut faire des choix dans les privilèges sociaux M Cahuc, vous n'avez droit à rien, vous, M Cahuc professeur à Polytechnique. Ils vous emmerdent ces pauvres, ces fainéants qui préfèrent des CDD, ils cumulent des allocations de chômage, ils vous obligent à créer une usine à gaz avec des bonus et des malus pour en finir avec "le recours abusif des CDD" le titre de votre édito M Cahuc, publié par Challenges comme tel.

Question M Cahuc: les bonus et malus vous les appliquez aux smicards ou aux patrons ?

Et vous M Perdriel, elle vous inspire l'histoire de Bécassine, elle n'est pas dans la ligne éditorialiste de Challenges !! vous comprenez la fracture sociale, pourquoi beaucoup de français exclus ont voté contre le système le 23 avril !!

L'histoire de Bécassine c'est l'histoire de toutes les assistantes de vie, des techniciens de surface, des précaires de la restauration...il y a 6 000 000 de pauvres qui travaillent pour moins que le SMIC, ces cumulards, ces profiteurs... . Ces jobs demandent plus de coeur que de diplômes et le coeur les smicards connaissent.

C'est bien de parler des start-up, c'est l'avenir, comme les assistantes de vie....un sacré challenge, le partage, sinon dans 5 ans c'est le changement.

* scandaleux, mais malheureusement conforme à la convention collective négociée par les syndicats !!!

PS : Les sociétés d'aide à domicile se portent bien et embauchent, il y a plus de 400  000 emplois en France et le besoin est grand avec le vieillissement de la population et la préférence au maintien à domicile. La facturation est de l'ordre de 25€ de l'heure avec des majorations pour contraintes particulières.

 

 

Réformes structurelles code du travail Patrons Etat Providence Chomage

Ajouter un commentaire