A propos de la CGT

 Et si tout ça c'était à cause de la CGT .....

Un CONSTAT TERRIBLE  en comparant les chiffres allemands et français  : Entre 2008 et 2016, le PIB disponible (PIB moins les prélèvements obligatoires) par français a baissé de 240€, pendant que celui d'un allemand augmentait de 2560€. Sur la même période la dette de la France a augmenté de 800 milliards pour atteindre 98% du PIB, celle de l'Allemagne de 400 milliards et 68% du PIB. En 2016, l'Allemagne est proche de l'équilibre budgétaire, la France affiche un déficit de 80 milliards.

En termes crus, dans un pays ça bosse, dans l'autre rien ne se crée, rien ne se réforme, on regarde les trains passés... et si tout ça c'était à cause de la CGT ?  

Note importante pour l'appréciation du lecteur sur la suite de l'article : le rappel  commenté et non exhaustif de quelques épisodes de l'Histoire de France et des relations économico sociales depuis la fin de la seconde guerre mondiale exprime mon ressenti et mon interprétation sur les bases des données disponibles ou portées à ma connaissance par un média sur la période. La vision rapportée est donc partiale et reflète mon opinion négatif sur la CGT et ma détestation du PCF. Je suis entré dans le monde du travail en 1962, j'avais 20 en mai 68. L'économie et la politique  font partie de mes centres d'intérêts.

 

Depuis 40 ans la France ne cesse de perdre du terrain sur l'Allemagne malgré le coût de sa réunification. Les tares de la France sont connues : centralisme bureaucratique, blocages face aux réformes, désindustrialisation, fonction publique pléthorique, régimes de retraite complètement déphasé par rapport à la réalité, marché du travail sclérosé, concubinage et collusion désastreuse entre gouvernants et grands patrons, dialogue social en opposition... La CGT n'est pas responsable de toutes ces tares, mais elle est un acteur principal dans la vie politique économique et sociale de la France, par sa relation inféodée au parti communiste (le seul survivant en Europe occidentale), par la virulence de ces grèves, sa capacité à mobiliser et la crainte qu'elle inspire.

A la sortie de la guerre, le Conseil de la Résistance, sous forte influence communiste (et de la CGT), définit les grandes lignes de l'organisation de la France et de son régime social (la SECU et ses 4 branches). En pleine reconstruction du pays, un parti communiste à plus de 20%, la CGT capte tous les bastions publics "SNCF, RATP, EDF, PTT, Fonctionnaires", s'impose en quasi monopole dans le "livre" (édition, distribution), dans la navale "dockers", dans l'automobile "Renault" et devient INCONTOURNABLE, Toutes les revendications sont accompagnées par des grèves souvent violentes, parfois meurtrières...mai 68... jusque sous Mitterrand 1981 avec la fermeture des mines, puis plus sporadiquement mais ciblées "transports, régimes spéciaux, contrat première embauche, loi sur le travail" .....

A chaque allusion ou tentative de réforme la CGT, bras revendicatif des communistes et chantre de la lutte des classes, monte sur ses ergots et si nécessaire bat des ailes... le politique recule, tout s'apaise et rien ne bouge. Régime des retraites, fonctionnaires, code du travail, sécurité sociale, depuis 200 ans l'incontournable CGT revendique et fait peur...

La CGT a gagné ? a perdu ? quel impact sur la France?

Une première certitude la CGT a obtenu des acquis considérables pour les privilégiés des bastions publics avec une conséquence concrète aujourd'hui : le poids financier de la Fonction Publique et des régimes spéciaux pèse sur le budget de l'Etat, une contrainte au développement du secteur "privé" , les français par leurs impôts et leurs factures d'électricité paient la tranquillité des fonctionnaires (actifs et retraités) et le Club Vacances EDF.

Comment la CGT parvient à ses fins :

- par la captation de la SNCF, de la RATP comme moyen de chantage en prenant les français en otages (7 milliards par an offerts par les français aux retraités de SNCF-RATP) ;

- par l'escroquerie syndicale du siècle, le financement du Club Vacances EDF (400 millions d'€ par an, 5000 employés, 500 000 privilégiés) est indexé sur le prix du KW consommé, 1% du CA, par les français. Avantage obtenu en mai 68, par la CGT sous la menace de couper le courant.

- par les privilèges octroyés aux fonctionnaires : majoration de pension, calcul des retraites, pension de réversion, le nombre de jours travaillés, les absences payées.. et si on rentre dans le détail on découvre des millions d'euros de primes et avantages divers....  à donner la nausée au français lambda.

Un lien intéressant : https://www.comitedentreprise.info/dossier-16-gros-riches-comites-entreprise-france.html

Une deuxième certitude la France a perdu son industrie dont le poids dans le PIB est tombé, en 20 ans, de 16% à 11% , il est resté stable à 22% en Allemagne, ou plus concrètement en 2016 le PIB français = 240Md€, le PIB allemand =700Md€. Quand la reprise est là le PIB allemand croît plus vite que le PIB français.

La CGT n'est elle pas aussi une des causes des délocalisations, du blocage des réformes ? quelques motifs de réflexions

1 - Le monopole chez les dockers  et son cortège de grève, les dockers CGT ont ils fait fuir les compagnies maritimes !! Combien d'emplois disparus ??

Pourquoi avec  une des plus belles façades maritimes au monde , la France est devenu un nain maritime qui dort sur son glorieux passé. "Méditerranée, Atlantique, Manche, Mer du Nord" ces côtes voit passer au large 30% du trafic maritime mondial !!  sans que les navires s'arrêtent dans nos ports, résultat :

- en 2015, dans le transport maritime la France est 5ème ex-equo avec l'Allemagne derrière les Pays Bas, Royaume uni, Italie et Espagne.

- Marseille, 1er port français avec 80 millions de tonnes de marchandises traitées, est le 5ème en Europe, loin derrière Rotterdam 450 millions (données 2012).

- Le Havre, 1er port français pour les conteneurs (2.5 millions d'EVP) , loin derrière Rotterdam 12.5 millions (données 2012).

- Autrefois leader dans la construction navale, son industrie est en décrépitude gérée à coups de subventions ou autres aides déguisées pour maintenir un chantier en activité et gagner quelques contrats de paquebots !!!!

2 - Dans l'industrie automobile, les syndicats dont la CGT en défendant les acquis à tout prix dans une situation conflictuelle des relations sociales ne sont ils pas responsables des délocalisations. Pour éviter le dialogue, courage je fuis, dit le patron.

Pourquoi la France, berceau de l'automobile, ne produit plus que 1 500 000 véhicules sur son territoire alors que l'Allemagne en produit 5 000 000. Pourquoi les marques allemandes investissent et embauchent en Allemagne, alors qu'en France des dizaines de milliers d'emplois ont disparus chez Renault et Peugeot, transférés ailleurs en Roumanie, au Maroc, en Slovénie,....Chercher l'erreur ?

3 - Le monopole du syndicat CGT du livre dans l'édition et la distributions de la presse avec ses grèves parfois politiques. Les séquelles des blocages dans l'impression, la parution, la distribution ont elles été sans dommage pour l'activité de la presse ? J'écris "ont été" parce que depuis plusieurs années on en parle plus !!

et que d'autres situations conflictuelles...

Une troisième non certitude mais présomption d'ingérence, je suis persuadé que dans certaine situation la CGT a agi selon la volonté du PCF. Mais je laisse aux historiens, ethnologues,  anthropologues la tâche d'analyser ces relations.

Une quatrième certitude, "il faut rendre à César ce qui appartient à César" c'est grâce aux syndicats, en particulier à la CGT, que des avancées sociales sont obtenues, à l'énergie, pour les salariés face à une représentation patronale, le MEDEF, archaïque, égoïste, complètement à coté de la plaque et dont l'image pitoyable, envoyée aux français avec les histoires de succession, reflète une mentalité féodale du moyen âge, lamentable. A ma connaissance, les patrons français ont été incapables de proposer , depuis la fin de la guerre, la moindre proposition à caractère social pour le bien de leurs employés!  incroyable mais vrai.

Par son attitude, le MEDEF a une part de responsabilité dans le blocage du dialogue social et des conséquences qui en découlent. A t- il une responsabilité dans la désindustrialisation ? je laisse le soin aux journalistes économiques d'analyser les causes réelles des évolutions chez Schneider, Technip, Alstom, Lafarge, St Gobain, Pechiney... et j'en oublie. Constate-t-on les mêmes évolutions industrielles en Allemagne ??

Une cinquième quasi certitude, la France ne réduira pas ses dépenses publiques sans une réforme des régimes de retraites des fonctionnaires et spéciaux pour aboutir à une égalité de traitement de tous les français.

 

.... peut être que tout ça c'est faux !!!

 

lepapadi.com - publié le 3 janvier 2018

 

 

Etat Providence code du travail Dépenses publiques Patrons Réformes structurelles

Commentaires (1)

Alain vernet
  • 1. Alain vernet | 23/11/2019
Depyis7 heures ce marin je suis sur ton site quel plaisir d'y retourner. Metci facebook. Concernant la CGT je partage à 300 % ton analyse. Mais que faire ? Interdire la CGT ? Impossible ! Il faudrait certainement que l'état arrêté de les financer et en même temps supprimer le remboursement des frais de toutes les campagnes électorales, cela assainirai les comptes et le climat politique.

Amitiés.

Ajouter un commentaire