Créer un site internet

Chômage et Décadence - le SMIC

Le SMIC de Minima est devenu Référence

ou SMIC Salaire Minimun Interdit de Croissance

A l'origine, en 1950, il y avait le SMIG Salaire Minimun Interprofessionnel Garanti, qui est devenu SMIC Salaire Minimun Interprofessionnel de Croissance en janvier 1970. Il est révisé tous les ans au 1er juillet, en fonction de l'indice des prix à la consommation, augmenté de la moitié du gain en pouvoir d'achat du salaire horaire moyen .....plus quelquefois un coup de pouce.

De 2010 à 2016, le taux horaire brut est passé de 8,86€ à 9,67€ soit + 10% . Pour 152h , le salaire brut est  de 1466€, soit 1180€ net.

Que constate t on sur une plus longue période, et c'est la principale critique faite au SMIC, le nombre de smicards croît parce que les augmentations ne sont pas répercutées sur les salaires supérieurs. Sur 10 ans, le salaire moyen progresse de 4.64% alors que le SMIC augmente de 15,3%.

Le SMIC nivelle donc les salaires, plus de 9 000 000 de personnes touchent le SMIC ou moins, 30 % de la population en emploi ou au chômage.

Incompétence et Irresponsabilité des syndicats (patrons et ouvriers) et des Politiques, le constat est que le SMIC est devenu une référence trop élevée et pour certain, c'est une des causes du chômage. Les propositions pour baisser le SMIC fusent de toute part :

- le SMIC jeune

- le SMIC variable selon les départements, pourquoi pas le prix de l'essence ou du fouil !!

- le SMIC sans charges sociales..... à transférer vers ??

- le SMIC avec 20% payé par l'Etat, proposition phare de l'intelligent professeur Attali, après longue réflexion !!! les salariés deviennent des fonctionnaires à 20% ! et pourquoi 20% et pas 25 ou 30 ???

C'est vraiment n'importe quoi, mais dramatique pour la France. N'existe t il que des offres d'emploi valorisées moins que le SMIC ? (moins de 1200€ à temps plein)

Pourquoi en est on là, manque de lucidité, d'analyse, peut être ? l'impact de l'ouverture de l'économie, certainement.

Tant que la France vivait sur elle même, avec de gros programmes étatiques ou soutenus par l'Etat, il y avait un pilote dans l'ascenseur. Puis vint l'Union Européen, à 6, la France et l'Italie, pays du sud, s'accommodent bien avec les pays du Nord Allemagne, Belgique Pays-Bas, Luxembourg, l'équation salaire moyen/ niveau de vie est positive pour la France.

En 1992, avec l'entrée de l'Espagne et le Portugal, plus au sud et au niveau de vie inférieur, les éleveurs et les producteurs de légumes et fruits manifestent, bloquent les espagnols, les portugais envahissent le secteur du bâtiment, le salaire moyen de l'UE diminue et accentue la concurrence sur les bas salaires.

Dans les années 2000, c'est l'entrée dans l'UE des pays de l'est, même constat, même critique, mêmes manifestations contre les travailleurs déplacés qui coûtent moins chers, contre les plombiers polonais, contre les transporteurs roumains. Mêmes causes entraînent les mêmes conséquences, le salaire moyen européen diminue et tire les bas salaires vers le bas. J'ai entendu ce matin à la radio, qu'une commission européenne travaille sur la création d'un SMIC européen pour les transporteurs, donc à un niveau inférieur au SMIC français !!!

Au delà de l'Europe, il y a la mondialisation avec son cortège de délocalisation qui aboutit au même constat : les petits salaires trop élevés sont partis en Chine.

Conclusion

Les pressions à la baisse sont fortes, le SMIC en France, non seulement est interdit de croissance, mais sans doute va diminuer, au minimum dans son coût chargé et peut être dans sa référence (Le SMIC allemand qui se met en place doucement est inférieur au SMIC français). La conséquence  de ce mouvement vers le bas, il faudra sans doute revoir les seuils sociaux et les indemnités de chômage, mais aussi les retraites de seniors du baby boum.

Mais nous sommes en France et les réformes de fond ne se font pas. Alors nous utiliseront la dette et des cautères dans l'immobilisme. Attention à l'illusion du retour aux frontières, le travail est parti.... il ne rentrera pas.

lepapadi.com répète sa proposition : il faut lâcher les chevaux, nouvelles entreprises, nouveaux entrepreneurs, nouveaux produits, dans un cadre nouveau libéré et gérer la fin de l'ancien système. Sinon point de salut.

 

 

Réformes structurelles code du travail Etat Providence Chomage

Ajouter un commentaire